Sécurité et Stratégie est une publication du CDSE

07

Dernier numéro : novembre 2011

La sécurité à l’international

Prospective : Menaces, conflits dans le cyberespace et cyberpouvoir

L’information, une arme de guerre

La première guerre du Golfe en 1990 a été révélatrice de nouvelles manières d’utiliser l’information et l’opinion publique mondiale lors d’un conflit armé, en s’appuyant notamment sur la télévision et la chaine d’information CNN. Cela a été un tournant, précurseur de l’appropriation d’Internet et des nouveaux médias de communication, des millions de téléspectateurs ayant pu suivre la guerre en direct. Ce conflit armé s’est doublé d’une guerre médiatique où l’information devenait un instrument d’influence auprès de l’opinion publique. De même, en révélant certains épisodes de la guerre en Irak en 2010, l’affaire wikileaks (dont les effets sont toujours d’actualité) relève du même ordre, bien que les motivations soient différentes. Leurs finalités sont identiques, à savoir interpeller et influencer l’opinion publique. L’information n’a même pas besoin de code malveillant pour être utilisée dans des campagnes de manipulation et d’influence idéologique, et ainsi être considérée comme une arme de soutien à tous types de conflits (Information as a weapon). Des pressions médiatiques ou psychologiques peuvent être infligées aux adversaires et peuvent toucher une population et ses dirigeants. Depuis toujours, la capacité à vaincre dépend en partie de la maîtrise de l’information et de son environnement humain et technologique. Pour gagner une guerre, il a toujours fallu maîtriser l’information tant sur le plan stratégique qu’opérationnel. Avec Internet et le cyberespace, cette guerre de l’information a pris une toute autre dimension. C’est également sur le plan médiatique que l’information relative à la guerre doit être maitrisée, afin de contrôler l’image des parties impliquées, d’influencer l’opinion publique, de la mobiliser, voire de recruter des cyberpatriotes et/ou cyberdissidents. Les forums de discussion et autres plateformes de socialisation sont autant de moyens de communication utiles aux campagnes d’information et de propagande utilisés pour interpeller les individus et éventuellement les inciter, directement ou non, à réaliser des cyberactes de représailles ou de soutien à des conflits réels.

La désobéissance civique et l’atteinte à la démocratie peuvent trouver leur expression dans le cyberespace, mais les dénonciations de celles-ci peuvent tout aussi être facilitées par le Net. La définition du terme de cyberdissidence et de ce qu’il recouvre dépend du contexte dans lequel il est employé. Ainsi que le cas de Wikileaks en témoigne, la cyberdissidence relèvera pour certains d’un acte de guerre, de terrorisme ou de désobéissance civique, pour d’autres de la liberté d’expression et de la lutte contre le totalitarisme. La puissance d’Internet comme outil de communication n’est plus à démontrer. Par sa nature, à l’occasion d’un conflit, il peut être convoité par des internautes transformés en cyberpatriotes animés par l’intention de nuire à une communauté particulière, en saturant des sites hostiles à leur cause et en orchestrant des campagnes de désinformation. Des attaques en déni de service, issues de points divers de la planète, souvent téléguidées et instrumentalisées, sont difficiles à contrer pour les diasporas concernées.

Voir le sommaire

Pour s'abonner à la revue Sécurité & StratégiePour s'abonner à la revue Sécurité & Stratégie

Accueil | Contact | Mentions légales | Comité d’orientation | Note aux auteurs | Organisation
Acheter | S’abonner | Les derniers numéros | A propos de l’éditeur

Copyright© CDSE - Sécurité & Stratégie - 2017
Sécurité et Stratégie est une publication du CDSE