Sécurité et Stratégie est une publication du CDSE

03

Dernier numéro : mars 2010

2010- 2020, Une nouvelle décennie de menaces ?

Reflexion : Vers une vision extensive de la protection de notre patrimoine industriel, scientifique et technologique

La nécessité de protéger notre Patrimoine est une évidence que tout le monde partage. Les choses se compliquent quand on commence à se poser la question du « comment » :

• La première réaction serait bien évidemment de vouloir transformer son entreprise
en forteresse : un rempart robuste inspiré du moyen-âge, dont bien des acteurs se
satisferaient mais qui en mécontenterait beaucoup d’autres, ces derniers présentant
une objection imparable qui nous renvoie au grec Epéios et à la conquête de Troie.

• On ne se satisfait donc pas d’un seul rempart, considérant qu’à l’intérieur de
l’enceinte se trouve un village dont il convient de protéger chaque habitation. La
serrure de chacune d’entre elles devient électronique (le badge) ; elle est associée
pour les zones les plus sensibles à un système d’authentification du porteur de la
clé (en faisant appel à un code ou à la biométrie) et à des dispositifs d’alarme plus
ou moins sophistiqués.

• Puis on réalise que la protection du contenant n’est pas suffisante. Assurer le
même niveau de protection sur l’ensemble des installations deviendrait excessivement contraignant, ce qui nécessite de s’intéresser également au contenu.
Dès lors, le souci devient d’ajuster le niveau de protection aux enjeux.

• La première étape consiste, naturellement, à caractériser la sensibilité des éléments à protéger, qu’il s’agisse d’informations, de technologies ou d’un savoir-faire particulier : la nécessité de classifier devient alors évidente. Elle doit résulter d’un échange approfondi avec le propriétaire de l’information, le mieux placé pour percevoir
les enjeux. Il s’agit, par essence, d’une approche transverse…

• Il sera nécessaire ensuite de prendre en compte l’environnement dans lequel on se
trouve (contexte local, menaces particulières…) pouvant donner naissance à des
risques qu’il est nécessaire d’identifier : il s’agit, en fait, de réaliser une analyse de
risques.

• Il est alors possible de concevoir et de mettre en place des dispositifs et dispositions de protection, en gardant à l’esprit qu’il restera toujours un risque résiduel dont il faut avoir conscience. Ce risque résiduel est susceptible d’évoluer dans le temps ; une boucle de progrès, à l’instar de ce qui existe dans le domaine de la Qualité, est indispensable : la mise en place d’un Système de Management de
la Sûreté prend alors tout son sens. Il présente l’intérêt d’associer un maximum
d’acteurs de l’entreprise, et de faire prendre les décisions opérationnelles au bon
niveau. C’est ainsi que le « Chef des Gardes » peut, enfin, devenir le « Directeur
Sûreté ». Oui, mais ...

Voir le sommaire

Pour s'abonner à la revue Sécurité & StratégiePour s'abonner à la revue Sécurité & Stratégie

Accueil | Contact | Mentions légales | Comité d’orientation | Note aux auteurs | Organisation
Acheter | S’abonner | Les derniers numéros | A propos de l’éditeur

Copyright© CDSE - Sécurité & Stratégie - 2017
Sécurité et Stratégie est une publication du CDSE